En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

L'agressivité


L'agressivité vient d'une agression, d'une frustration. Souvent, elle est liée à une impuissance face aux événements. Tout le monde ressent cela dans son quotidien.

Imaginez que votre enfant prenne son petit déjeuner, que vous arriviez, et qu'il vous tire dessus avec une arme. Ou que vous êtes au travail, vous avez un couteau et, sans prévenir, vous l'enfoncez dans le dos de votre collègue. Je le concède mes images sont violentes. Mais il s'agit bien de cela ici : de la violence.


Sachez que, parfois, notre langage, nos mots, nos remarques, nos gestes et regards sont d'une violence aussi forte qu'une balle. Les expressions sont là : "il m'a envoyé un scud", 'Quand il m'a dit cela, j'ai reçu un couteau dans le dos".

La première attitude (qui est normale) est que, quand on nous attaque, on réponde en se défendant. À une époque ancestrale, il était même vital de réagir avec agressivité à l'agression (sinon, on se faisait manger !!).

Face à l'agression, il y a 3 attitudes classiques : la fuite, la soumission, l'agression à son tour.

Ces 3 réponses ne seront pas d'une efficacité relationnelle idéale. Elles créeront soit de la rancœur, soit perpétueront l'agressivité. Elles nous enfoncent dans une tristesse, ou créent un sentiment d'impuissance .

Cela dit, on peut apprendre une attitude plus fertile.


Si vous sentez que vous devenez agressif :

Repérez ce qui vous rend nerveux, énervé. Quels sont les événements de la journée qui vous ont contrarié ? Que vous a t-on dit qui vous a touché ?... Quand on le peut, il est important de dire aux gens que l'on est contrarié, sans nécessairement approfondir et expliquer longuement ce qui se passe ; dites que vous êtes irrité par tel ou tel événement. Cela permettra à l'autre de savoir qu'il n'est pas responsable. L'idée est d'arrêter le cycle de l'agressivité et de ne pas rendre l'autre à son tour agressif. Si l'autre vous dit quelque chose qui vous irrite, selon le contexte : formulez-lui si nécessaire et évitez la relation (là, chaque situation nécessite des précisions).


Si on vous agresse :

Vérifier d'abord, que ce que vous avez dit ou fait est  juste. Il est possible que vous ayez blessé, d'une manière volontaire ou non. Si ce n'est pas vous, l'autre a probablement été blessé dans sa journée (le prof ou le patron qui a râlé, une mauvaise nouvelle...).

En tout cas, si on vous agresse, c'est qu'il y a quelque chose qui déplaît à l'autre. Il est important de déterminer ce que c'est. Attention, une fois que vous savez ce qui fondamentalement met l'autre en colère et le rend agressif, ne signifie pas que c'est lui qui a raison.

 Faites parler l'autre sur ce qui se passe, ce qui déplaît, ce qu'il ressent diminuera déjà ses tensions et son agressivité. Ce que l'on peut faire est déjà d'entendre, de permettre à l'autre d'exprimer ce qui ne lui convient pas.

Ensuite, selon la situation, l'autre a raison ou pas, il peut agir ou pas.

Je vous propose un extrait d'une prière très connue. Ceux qui réussissent à suivre ces préceptes auront leur niveau d'agressivité qui descendra très vite  :

"Seigneur, donne-moi la force d'accepter avec sérénité ce que je ne peux changer, donne-moi le courage de changer ce qui peut l'être, et donne-moi assez de sagesse pour faire la différence."

Cela peut paraître simple, ça ne l'est pas. Cela s'apprend, cela demande persévérance. Appliquer cette force est une vraie richesse pour soi et pour son entourage !

Si vous avez envie d'aller un peu plus loin, si vous repérez des répétitions dans le comportement des autres à votre égard, ou si avez envie de comprendre et de mieux vivre ces relations, je vous accompagne et vos relations se transformeront. Vous changerez et les autres changeront également vis-à-vis de vous.