En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

C'est quoi le rôle du parent


Petit article pour comprendre pourquoi nos enfants sont si difficiles à comprendre parfois.

Si vous sentez des difficultés dans l'éducation de votre enfant, vous percevez chez vous des comportements qui vous agaçent malgré vous : je peux vous aider à mieux vous comprendre, à éliminer des souffrances qui vous permettront de ne pas reproduire, de ne pas transmettre des messages que vous souhaitez pas.

Si vous sentez chez lui une souffrance que vous n'arrivez pas à résoudre, il se plaint de douleur au dos, à la tête, il a mal au ventre, il fait des cauchemars... Je peux également l'accompagner et lui permettre de se libérer de ces souffrances (selon l'âge et son accord, vous pouvez rester avec lui).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.

Aimer et éduquer

Un des paradoxes des jeunes : ils disent être incompris et disent en même temps : "surtout ne me comprenez pas".
Cela passe par le langage, notamment SMS mais aussi dans les expressions. À ce moment, leur remarque sera plutôt du genre : "mais tu peux pas comprendre !", d'un air vainqueur.

Le complexe du homard : une phase de transition

Il est important de comprendre qu'ils sont dans une phase de forte fragilité. F. Dolto parlait du "complexe du homard". Quand le homard grandit, sa carapace ne grandit pas avec lui. À certaines phases, il perd une carapace, une autre apparaît ensuite. Pendant cette phase, le homard est très fragile et vulnérable. Les jeunes sont dans cette phase, ils quittent une peau pour en construire une autre.
Si vous avez déjà été brulé, vous connaissez cette douleur quand on touche à votre plaie. On nous touche à peine, rien que l'eau qui coule dessus est douloureux. Le jeune est à la fois dans cette période où tout peut être aussi douloureux que de l'eau qui coule sur une blessure. En même temps, il s'agit de se faire une place, d'exister, d'être quelqu'un. Pour cela, il met une tenue pour affronter le monde : une mèche (dont la place et la longueur varie selon la mode), une paire de tennis, des écouteurs dans les oreilles...
Ils sont dans une phase de transition. Là aussi, pensez à un moment où vous changez d'activité, cherchez un travail, passez un examen. Ainsi, vous pouvez percevoir ce qu'ils ressentent. C'est stressant, angoissant. Ces phases de transitions sont souvent génératrices de comportements paradoxaux. À la fois, nous voulons être seul et être protégé. À la fois, nous voulons être compris et ne permettons pas à l'autre de le faire.

2ème séparation

La première grande séparation d'un être humain est quand il sort du ventre de sa mère. Puis, petit à petit, cette mère va prendre de plus en plus de distance pour devenir un autre individu que soi (qui en plus aime d'autres personnes !). Il va falloir quelques années pour accepter cette séparation, pour se reconnaître en tant qu'individu à part entière : je suis quelqu'un, les autres existent, les autres sont différents de moi... et je dois accepter tout ça !
À l'adolescence, il s'agit de devenir un être autonome et responsable. Et ce n'est pas si simple. C'est la 2ème séparation.

Autonome ou indépendant ?

On mélange souvent ces deux termes, il y a cependant une nuance non négligeable :
  • être autonome, c'est accéder à des décisions propres,
  • être indépendant, c'est ne pas dépendre de l'autre.
Autant il est important que nous les rendions autonome, autant il est judicieux de leur faire comprendre que l'indépendance n'a pas vraiment de sens.
Nous sommes tous liés les uns aux autres. Il ne s'agit pas non plus d'être des gens dépendants, au sens incapable de gérer seul quoi que ce soit. Cela dit, il est  judicieux de leur faire prendre conscience des liens qui les lient avec certaines personnes, ce que ces liens leur apportent. Parmi ces liens certains seront d'ailleurs plutôt néfastes, et là, il vaut mieux les casser. Notre rôle est de les aider à faire la différence.

Besoin d'amour et d'éducation

L'amour : notre société a intégré depuis maintenant 50 ans qu'un enfant a besoin d'amour. Cela n'est plus remis en cause. La difficulté étant cela dit de "bien" aimer. Aimer, c'est rassurer, donner de la sécurité, de la confiance dans la vie, de l'estime de soi.
  • pas assez d'amour créera un manque de plaisir à exister,
  • trop d'amour étouffe.
L'éducation : éduquer, c'est permettre que l'autre se construise. C'est donner des repères, des limites, c'est structurer. Pour cela, l'autorité aura son rôle.
  • pas assez d'éducation créera un sentiment de vide, un risque de développement de pulsions non contenues.
  • trop d'éducation générera soit de la soumission, soit de la rébellion, en tout cas pas l'autonomie.
Apporter amour et éducation, demande :
  • un minimum de présence physique,
  • une volonté d'assumer un rôle parfois ingrat de répétition et d'autorité, c'est-à-dire :
    • supporter et ne pas bouger face aux réactions, aux provocations, en tout cas, pas avec violence ;
    • assumer un rôle d'autorité, de donneur de règles ;
    • accepter la gestion de conflit.
Ces fonctions ne sont pas toujours agréables. Cela dit, le rôle du parent est bien de permettre à l'enfant de s'intégrer dans la société. C'est d'autant plus important de former nos enfants à être autonomes et responsables qu'ils sont baignés par de nombreux messages et sollicitations qui les rendent plutôt passifs qu'actifs, plutôt consommateurs qu'acteurs.
Souvent, notre histoire familiale nous bloque, on répète certains comportements, on voit que ça ne va pas mais on n'arrive cependant pas à régler les choses. J'accompagne les adultes mais aussi les enfants. Si votre enfant se plaint de maux de ventre, ou de maux de tête, et qu'il fait des cauchemars, je peux vous aider.