En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Avoir de la chance


On évoque souvent la chance en considérant qu’elle est le fruit du hasard. Et bien non, la chance est une démarche, une conduite que l’on a face à la vie et aux événements. La chance, ça se travaille !

On réduit parfois la chance au hasard. Or, la chance, c’est le fait de rencontrer des circonstances favorables, c’est la possibilité que quelque chose se produise. Et là, chacun a une responsabilité dans le fait d’avoir de la chance, ou non. Ceux qui observent les chanceux ont identifié des attitudes : 
  • Être  curieux.  Celui qui vit dans la routine ne rencontre pas d’opportunité. Pour rencontrer la chance, il est important de sortir de ses propres routines. Il est important d’observer ce qui nous entoure, d’être vigilant à ce qui se passe autour de nous. Aller visiter une exposition, participer au pot de fin d’année, accompagner son enfant au sport et regarder dans quel monde il passe quelques heures par semaine, sont des moments pour découvrir des gens, des groupes, des fonctionnements différents. On y rencontre des gens, des idées, des manières d’être qui peuvent nous faire avancer.
  •  Aider et rendre service.  Il y a un mot devenu à la mode : le réseau. « Il faut avoir son réseau ». Dans le management et le commerce, pour trouver du travail, il est indispensable d’avoir un réseau. C’est devenu un critère discriminant dans notre société. On ne peut y échapper. Il est frustrant pour beaucoup car ce réseau est lié à la famille, au moyens financiers, aux écoles que l’on aura fait ou pas. Cela dit, chacun peut se construire son réseau là où il est. Le réseau est ce groupe d’individus à qui on donne et dont on reçoit des services. Le réseau, c’est cet entrelacement de liens que nous créons les uns avec les autres. La meilleure place dans un réseau étant d’être celui ou celle qui crée ces liens entre les uns et les autres. Il est important dans un réseau de ne pas avoir peur de donner, de rendre service, d’aider l’autre. La nature humaine fait qu’on a tendance à aider plus facilement quelqu’un qui nous a aidés. On se sent redevable. Donc, si vous voulez que l’on vous aide : aidez et rendrez service. Attention cela dit, exprimez comme cela, vous pouvez vous dire qu’il est intéressant de rendre service à seul but utilitaire. Sachez que l’on sent (prenez juste le temps de pensez à certaines situations que vous avez vécues) quand un service est uniquement utilitaire. Aidez et rendez service sans calcul, et faites confiance en la vie.
  • Persévérer : La chance ne marche pas toujours. Si vous vous lisez les biographies de personnes qui ont réussi, vous remarquerez que tous ceux qui ont réussi ont vécu des échecs, des drames. Ce qui fait leur force, et qui permet la chance, est que ces hommes et ces femmes ont utilisé ces échecs comme base d’un autre devenir. Ils ne se sont pas apitoyés sur leur drame, mais s’en sont servi pour devenir plus forts. Ils ont rebondi. Sartre disait : ce qui est important, ce n’est pas ce qui nous arrive mais ce qu’on fait avec ce qui nous arrive.
  • Anticiper : Peut-être connaissez vous l’expression : « qui n’avance pas recule ». Ceux qui ont de la chance ont toujours un projet d’avance. Ceux qui ont de la chance sont toujours en quête d’améliorer ce qu’ils font, de réfléchir à une autre manière de faire, de voir si on peut créer quelque chose de nouveaux. En commerce, on présente en formation « le cycle de vie d’un produit » : mise au point, lancement, croissance, maturité, déclin. L’entreprise doit en phase de croissance réfléchir à améliorer, modifier, ajuster son produit. Ceux qui ont de la chance pratiquent cette démarche dans leur vie. Toujours être prêts à rebondir, à bondir. 

La chance ne tombe pas du ciel. Avoir de la chance, c’est appréhender autrement la réalité, c’est une nouvelle manière de la percevoir, de gérer ses priorités, c’est une nouvelle manière d’être en relation avec les autres.
cf. Philippe Gabilliet, Éloge de l’optimisme, quand les enthousiastes font bouger le monde, éd. Saint Simon.
Envie d'avoir de la chance, envie de développer les qualités proposées. Je vous accompagne volontiers afin que vous osiez enfin être qui vous êtes. Pour vous libérer de souffrances qui bloquent votre potentiel. Nous allons au fil des séances, déprogrammer des souffrances qui vous empêchent de ressentir, d'avoir confiance ou de discerner avec justesse.
Vous vous transformerez et le monde autour de vous changera.